Comment calculer la rentabilité d’un investissement locatif ?

Si vous désirez préparer votre retraite ou augmenter vos revenus, vous pouvez opter pour un investissement locatif. Comme tout autre placement, le rendement d’un investissement locatif représente le profit annuel susceptible d’être réalisé. Il s’exprime en pourcentage du montant initial de placement. Il est vrai que l’investissement locatif demeure le placement le plus sûr, mais il est important d’avoir les idées claires sur la rentabilité réelle de celui-ci. Comment calculer la rentabilité locative ? Découvrez la réponse dans cet article.

Le calcul de la rentabilité locative brute

La rentabilité brute est le rapport des revenus fonciers produits sur la valeur initiale d’acquisition. En voici un exemple.

Un appartement coûte 200 000 euros (y compris les frais de notaire). On le met en location pour une somme de 800 euros par mois. Chaque année, il rapportera donc 800 x 12 = 9 600 euros. Sa rentabilité brute exprimée en pourcentage revient à 9 600/200 000 x 100 = 4,8 %.

Il faudra noter que la rentabilité brute ne prend pas en compte les charges relatives à l’achat à crédit de l’immobilier, de la gestion de sa location ou de sa possession. Ces charges peuvent s’évaluer jusqu’à 20 à 30 % de la somme des loyers reçus. Il est évident qu’elles influent sur la rentabilité locative. L’idéal est alors d’opter pour le calcul de la rentabilité locative nette, une solution qui tient compte des charges à supporter si vous êtes un propriétaire.

Le calcul de la rentabilité locative nette : le meilleur indicateur

Avec l’intégration de tous les coûts supportés par le détenteur du bien immobilier, la rentabilité locative nette permet à ce dernier de se fier à un indicateur plus efficace et plus pertinent en matière d’investissement locatif. En clair, avant le taux de rentabilité nette, il faudra soustraire les éléments suivants du montant des loyers perçus :

  • les intérêts d’emprunt si l’acquisition est faite à crédit,
  • la taxe foncière,
  • le coût de l’entretien et des réparations,
  • les charges de copropriété,
  • les frais de gestion personnels (frais d’internet, de déplacement, etc.),
  • le montant de l’assurance loyers impayés,
  • la valeur de l’assurance propriétaire non occupant.

calculer rentabilite investissement locatif

En supposant que ces différentes charges constituent 25 % de la somme des loyers perçus, le rendement annuel dans l’exemple précédent revient à 7 200 euros. Ainsi, la rentabilité nette présente un taux de 3,6 %. Un taux plus intéressant pour un investissement sûr. L’autre avantage est que votre placement sera très rentable et que sa valeur augmentera également, tout garantissant une bonne plus-value au moment de la revente.

Une autre solution pour un calcul plus précis de la rentabilité locative

En fonction du statut fiscal et du type de location, intégrez au calcul de la rentabilité le montant des impôts sur vos gains industriels et commerciaux ou vos revenus. Cette intégration du montant d’imposition vous permet de retrouver la rentabilité nette d’impôt. En définitive, il faut noter que le calcul de la rentabilité s’avère simple, mais il ne faut surtout pas se précipiter. Nous vous conseillons de prendre conseil auprès de votre agent immobilier et de votre comptable. En ce qui concerne le premier, il vous aide à réduire le taux de risque de carences locatives. Le deuxième vous permettra d’optimiser la déclaration de vos revenus.

Attention le calcul de rentabilité en immobilier locatif ne fait pas tout !

Il est indispensable de vérifier la rentabilité d’un appartement avant de finaliser la vente en regardant sur internet comme via ce lien https://www.immobilier-danger.com/Rendement-immobilier-calculez-le-016.html, si vous désirez le mettre en location par la suite pour avoir un retour locatif intéressant. Il ne suffit pas de vous fier aveuglément à l’agent immobilier qui vous fait la visite et qui tient à sa commission. Le calcul de rentabilité se base sur une moyenne des prix de l’immobilier à l’achat et à la location dans votre ville. Néanmoins, cela ne reste qu’une moyenne et cela ne prend pas en compte :

  • le secteur exact
  • l’état général de l’immeuble
  • l’état de l’appartement

De ce fait, il est important de ne pas se précipiter et de faire la visite quoi qu’il arrive soi-même. Avant tout c’est le secteur qui prédomine sur la superficie de l’appartement. Vous arriverez toujours à trouver un locataire pour un logement situé dans un quartier prisé même s’il n’est pas grand, par rapport à un appartement plus vaste mais dans un quartier qui n’inspire pas confiance ou qui est mal desservi. Ensuite, c’est l’état de la copropriété. Il faut garder à l’esprit que c’est la première impression qui reste et qui conditionne l’envie pour une personne de louer votre bien. Enfin, fiez-vous à votre instinct en visitant l’appartement. Ce sont ces 3 critères avec le calcul de rentabilité qui vont permettre de savoir si cela vaut le coup.