Quelle est l’imposition d’une SCPI ?

Si vous souhaitez investir dans l’immobilier, pensez à investir dans une SCPI. C’est le meilleur moyen d’investir dans l’immobilier sans avoir à se soucier de l’achat, de la location, de la gestion ou de la revente du bien. Pour cela, il est cependant important de connaître toutes les impositions de la SCPI. Vous en saurez davantage à travers ce guide.

Imposition en cas de régime micro foncier

Si vos revenus fonciers sont inférieurs à 15 000 €, vous pouvez choisir le régime foncier. Dans le régime micro foncier, vous devez payer 30 % de tous les revenus fonciers que vous recevez. Pour ce fait, si vos revenus ne proviennent pas que de la SCPI, ce régime n’est plus pris en compte et est donc exclu. Vous aurez une scpi imposition en fonction des revenus que vous percevez.

Imposition en cas de régime réel

Pour ce qui est du régime réel, si vous le choisissez, vous devez déduire de vos revenus fonciers toutes les charges qui y sont liées. Si c’est par un prêt que vous avez eu des parts, ce prêt sera déduit de ces revenus. Si par contre vos revenus dépassent 15 000 euros, le régime réel sera obligatoire.

Imposition en cas d’acquisition de parts

Avant d’acquérir des parts dans une SCPI, vous êtes tenu de payer des frais d’enregistrement. Si vous désirez acheter des parts à capital fixe sur un marché secondaire, vous ne supporterez plus les frais d’enregistrement. Dès lors, durant une revente, les droits d’enregistrement doivent être payés par l’acheteur au Trésor public. Par conséquent, durant l’achat de parts, il est appliqué un pourcentage de 5 % au prix initial avec 25 € comme frais minimum.

Impositions en cas de ventes de parts

Dans le cas où vous vendriez vos parts, d’autres impositions se présentent. Si au cours de la revente, des plus-values arrivent, le régime des survaleurs immobilières vous sera imposé. Un abattement sera effectué sur la durée pendant laquelle vous étiez détenteurs des parts. Suite à cet abattement, la plus-value obtenue sera assujettie à un taux d’imposition d’une valeur de 19 % et à des prélèvements sociaux d’une valeur de 17,2 %. En effet, si après un abattement, la plus-value obtenue est supérieure à 50 000 euros, vous ferez l’objet d’une surtaxe. Il faut noter que les sociétés de gestion ne vous garantissent pas de trouver des acheteurs si vous voulez vendre vos parts. Dans le cas où la société peinerait à libérer vos parts, on parlera de risque d’illiquidité. Si la vente se situe sous une somme de 15 000 €, vous ne bénéficierez point des exonérations.

Entre autres, si la durée de la détention des parts est inférieure à 22 ans et la vente s’effectue avant 30 ans de détention, vous bénéficierez d’une exonération des deux prélèvements. Les étapes de reventes des parts sont ainsi confiées à un notaire allié à la gestion de la société. Retenez cependant que l’investissement dans une Société Civile de Placement immobilier est un investissement sur le long terme. Avant de pouvoir pleinement profiter des fruits de votre investissement, il va vous falloir attendre huit ans afin de disposer des commissions de souscription.