Comment investir en SCPI sans frais ?

Les SPCI sont une sorte de placements qui existent depuis presque 50 ans. Ils ont été resollicités en masse, depuis quelques années, après la baisse des taux d’intérêts. D’ailleurs, ils sont aujourd’hui les placements qui ont le ratio rendement/risque le plus attractif sur le marché. Cependant, les frais ont été hauts, soit de 10 %, mais depuis peu, la concurrence entre les gestionnaires est rude, toujours au bénéfice des épargnants. L’ensemble des frais de souscription sont en baisse au fur et à mesure des lancements de SCPI. Nous expliquerons, dans notre article, les avantages que présente une SCPI et pourquoi il est intéressant de recourir à ce genre de services.

Les frais liés à une souscription de parts auprès d’une SCPI

Il existe deux sortes de frais “visibles” à considérer quand on effectue une souscription à des parts auprès d’une SCPI :

  • Des frais de souscription, qui vont servir à financer des coûts de recherche, ainsi que de commercialisation ;
  • Les frais d’entrée, qui varient entre entre 8 et 12 % TTC.

Il est donc nécessaire de comprendre que les frais de souscription sont perçus quand la personne décide de vendre ses parts. Dans le cas où le prix d’une part s’élèverait à 100 €, que les frais d’entrée à 10 %, il sera possible donc de récupérer 90 € à la revente.
Les frais de gestion servent à couvrir les coûts d’exploitation, tels que :

  • La mise en place et/ou renouvellement de baux ;
  • La gestion de locataires.

Ils varient en général entre 8 % et 12 % TTC et sont prélevés sur des loyers recouvrés. Il est possible d’assimiler cette commission à celle prélevée par une agence.

Autres frais à ne pas négliger

Les SCPI facturent toutes de nombreux frais visibles dans une note d’information, mais qui sont rarement mis en avant.
Ces frais sont les suivants :

  • Les frais d’acquisition : quand une SCPI fait l’acquisition d’un bien immobilier, la société de gestion reçoit une commission basée sur un pourcentage bien défini ;
  • Les frais sur travaux : il y a des frais de travaux qu’il faut payer auprès de la société de gestion ;
  • Les frais de revente : quand un bien immobilier de la SCPI est vendu, la société de gestion touche une commission.

SCPI : Les avantages de l’immobilier sans les contraintes

L’investissement en immobilier, comme l’achat ou la location d’un bien, comprend un certain nombre d’avantages que tout le monde connaît :

  • Constituer un patrimoine par crédit ;
  • Toucher un revenu régulier et fixe ;
  • Bénéficier d’une valeur stable ;
  • Possibilité de revendre un bien.

Ce schéma immobilier implique aussi un certain nombre d’inconvénients, comme :

  • Prospection de locataires ;
  • Locataires qui sont de mauvais payeurs ;
  • Nécessité de faire des travaux.

Investir en SCPI à donc de nombreux avantages, si on arrive à éviter les contraintes citées précédemment. Ceci est possible grâce à la société de gestion.

Le point fort de la SCPI : La société de gestion

En effet, c’est au sein de la société de gestion que sera placé l’argent des investisseurs de l’immobilier. Une fois que l’argent est transféré, la société de gestion fait l’acquisition du bien immobilier. Par conséquent, l’investisseur n’a pas de bien immobilier, mais des titres auprès d’une société qui a de l’immobilier.

Les SCPI : une gestion qui est déléguée

Le fait d’avoir de l’immobilier en passant par une société est un avantage de taille : c’est la société qui est en charge de décider de l’investissement à effectuer. Celle-ci le fait correctement, étant donné l’expérience et les connaissances qu’elle détient, chose qui n’est pas évidente chez des particuliers. La SCPI se charge de trouver des locataires, de percevoir des loyers et tout le reste.

Les SCPI : la gestion de risques mutualisés

Une SCPI détient l’épargne de plusieurs milliers de personnes. Elle a donc les moyens qu’une personne à elle seule ne peut pas avoir. Les fonds dont elle dispose lui permettent d’acquérir de l’immobilier en quantité importante, et ce, au sein de secteurs professionnels et dans des contextes géographiques variés. Ceci lui permet donc de mutualiser les risques. En effet, plus on a de biens, moins il y a de chance de ne pas toucher de revenus sur une période donnée. Par exemple, une personne ne possédant qu’un seul logement, durant une période donnée où ce dernier n’est pas loué, ne touchera pas de loyers, comparée à une personne qui en a deux. Celle-ci aura donc plus de chance de louer un de ces deux biens, ce qui limite le risque d’une baisse de loyer. Le fait d’investir dans plusieurs logements est donc une sécurité, et cela ne peut se faire qu’avec l’aide d’une SCPI.